FAIRE LA LUMIÈRE SUR LA LUMIÈRE BLEUE

La plupart d’entre nous consacrent beaucoup de temps à regarder un écran. Des études suggèrent que 60 % des gens passent plus que 6 heures par jour devant un appareil numérique. Ceux-ci émettent une lumière particulière, appelée lumière bleue. Cette lumière est de plus en plus étudiée pour ses répercussions au niveau de la santé des yeux et du vieillissement prématuré de la peau qu’elle pourrait occasionner.

 

 

Qu’est-ce que la lumière bleue

La lumière bleue est dans le spectre de la lumière naturelle. Elle est composée de la lumière turquoise, indispensable à l’organisme, car elle aide à réguler le sommeil et agit positivement sur le bien-être et l’humeur.

Elle est aussi composée d’une partie plus néfaste : la lumière bleu-violet. Cette lumière émet une longueur d’onde courte avec une intensité énergétique élevée, d’où son impact potentiel négatif élevé en lien avec une exposition régulière et prolongée.

Cette lumière est émise artificiellement par les éclairages fluorescents et par les écrans à DEL qui nous entourent (téléphone, tablette, ordinateur, télévision etc.) À cause des puissantes LED qui les composent, ceux-ci émettent une lumière bleue jusqu’à 100 fois plus forte et agressive que celle provenant de sources naturelles. Au même titre que les classiques rayons UV, elle peut provoquer l’apparition prématurée de rides et de taches sur l’épiderme.

 

Impacts de l’exposition à la lumière bleue

Certaines études s’accordent pour dire que la lumière bleue de source artificielle favoriserait la fatigue oculaire et l’apparition de certaines pathologies rétiniennes comme la DMLA (Dégénérescence Maculaire Liée à l’Âge).

Au niveau de la peau, de récentes recherches tentent de démontrer que la lumière bleue, ou lumière à haute énergie visible (HEV), émise par les appareils électroniques pénètre la peau plus profondément que les UV, ce qui nuirait à la peau et causerait son vieillissement prématuré.

En fait, la lumière bleue, la surexposition au soleil et la pollution feraient partie des trois plus grands facteurs externes ayant le plus d’impact sur la santé de la peau. Ceux-ci provoqueraient une inflammation sous-cutanée libérant une grande quantité de radicaux libres qui auraient pour conséquence une plus grande difficulté de la peau à se régénérer, à se réparer et à se défendre.

 

Les cosmétiques pour protéger la peau de la lumière bleue

Les formulations anti-pollution disponibles sur le marché sont déjà très populaires et performantes pour protéger la peau et créer un bouclier protecteur contre les facteurs de pollution environnementale.

À la nouvelle nécessité de se prémunir des UVA, UVB et infrarouges, s’ajoute maintenant le facteur omniprésent de l’inflammation cellulaire créée directement par la lumière bleue.

Même si aucune preuve scientifique irréfutable ne confirme pour l’instant les méfaits de l’exposition à la lumière bleue, il n’en reste pas moins qu’elle demeure une problématique universelle reliée au mode de vie ultra connectée, et ce à tout âge et sur tous les continents. Une problématique qui interpelle les fabricants de cosmétiques qui toujours à l’affut, intègrent déjà des actifs en lien avec cette nouvelle réalité. Il n’y a qu’à naviguer sur le net pour découvrir de nombreux produits en lien avec le traitement de l’inflammation liée à la lumière bleue et ceux-ci sont en voie de devenir les nouvelles stars du marché.

En conclusion, il est fort probable que la lumière bleue ait un impact négatif pour la santé. Sans toutefois se couper de toutes les technologies, une réflexion sur la consommation de celles-ci est de mise. Réduire le temps passé devant les écrans ne peut sommes toutes qu’être bénéfique : moins de fatigue oculaire et de maux de tête, meilleure qualité de sommeil et sans
oublier bien sûr, moins de dommages inflammatoires à nos précieuses cellules cutanées.

Pour plus de renseignements, contacter Concept JP

 

 

** PUBLI-REPORTAGE de Danielle Lépine, Directrice des ventes de la division esthétique chez Concept JP, tel que vu dans l'édition de janvier-février 2018 des Nouvelles Esthétiques Spa Canada **