Brûler le gras avec les ultrasons focalisés à haute fréquence

Nombreux sommes-nous, hommes et femmes de tous âges et de toutes nationalités, à être préoccupés par des amas de tissu adipeux sur notre corps — « poignées d’amour » et autres. Pour cette raison, dans les dernières décennies, diverses technologies non invasives ont été développées pour cibler ces amas graisseux localisés. L’une de celles-ci fait appel aux ultrasons focalisés à haute intensité (HIFU en anglais; High Intensity Focused Ultrasound).

par Dre Andrea Coderre Porras, médecin généraliste

QU’EST-CE C’EST ?
Les HIFU constituent une méthode non invasive pour détruire des tissus par la chaleur, dans une zone pré-cise. Ils ont d’abord été utilisés pour détruire d’autres types de tissus (ex. fibromes utérins, cancer de la pros-tate) et leur potentiel pour détruire le tissu adipeux fut exploré plus tard. Les ultrasons étant dirigés de façon concentrée au niveau du tissu sous-cutané, ils ne causent pas de lésions de l’épiderme ni du derme sur leur chemin. Leur énergie est ciblée sur le tissu adipeux, entrainant une hyperthermie des cellules graisseuses et, par conséquent, une rupture de leur membrane. Les lipides extras cellulaires et les débris cellulaires ainsi créés sont ensuite digérés par les macrophages qui circulent dans le sang.

Au Canada, il existe déjà des appareils utilisant les HIFU pour le raffermissement cutané, mais le LiposonixMD [Solta Medical] serait le seul, à ce jour, à être approuvé pour la destruction du tissu adipeux.

Comment se déroule une séance ?
Les amas graisseux localisés à traiter seront délimités au crayon. Ceux-ci doivent être d’une épaisseur mini-male de 1.3 cm, afin que les ultrasons ne pénètrent pas jusqu’au tissu conjonctif. Les amas seront subdivisés en petites zones et celles-ci seront numérotées dans le but de structurer le traitement. Par la suite, de l’eau à température ambiante est vaporisée sur la peau, au niveau de la zone à traiter, et la sonde est déposée sur cette zone afin d’y effectuer quelques cycles d’émis-sions d’ultrasons à haute intensité. La sonde émet les ultrasons en balayage de façon dynamique sous la peau, afin que ceux-ci se chevauchent entre les différentes zones et donc, que les résultats soient uniformes. La séquence est ensuite répétée sur la zone suivante, et ainsi de suite. La procédure se déroule habituellement sur une période de 45 à 60 minutes. Une chaleur est ressentie dans la zone traitée, ce qui engendre un in-confort. Lorsque les ultrasons balaient des vaisseaux sanguins ou des nerfs, l’inconfort peut être plus prononcé. Certaines personnes ressentiront de la douleur; dans ce cas, l’énergie peut être diminuée, mais le nombre de cycles par zone sera augmenté en contrepartie.

Quelles sont contre-indications ?
Les amas adipeux qui ont une épaisseur inférieure à 1.3 cm ne peuvent pas être traités. Les femmes enceintes ou qui allaitent, de même que les personnes de moins de 18 ans ne peuvent pas recevoir le traitement. Les personnes obèses ou les personnes qui ont la peau très relâchée ne sont habituellement pas de bonnes candidates. De plus, en cas de hernie ou de lésions cutanées (zona, herpès, cancer de la peau, etc.) sur la zone à traiter, le traitement ne peut pas être effectué. Enfin, certaines zones du corps ne peuvent pas être traitées étant donné la proximité de certains organes, notamment le cou (glande thyroïde) et les seins (glandes mammaires). Pour l’instant, Santé Canada a approuvé les trois zones suivantes : l’abdomen, la taille et les flancs. D’autres zones (ex.les cuisses) sont en attente d’approbation.

 

Quels sont les effets secondaires possibles ?
L’érythème cutané survient dans presque tous les cas et se dissipe en quelques heures. Les ecchymoses et l’œdème sont assez fréquents et peuvent prendre quelques semaines pour se résoudre complètement. Des nodules sous-cutanés peuvent apparaître dans les jours suivant le traitement, et ils peuvent parfois être sensibles. Ils ne sont toutefois pas visibles, puisqu’ils sont situés dans le tissu sous-cutané, mais ils seront palpables. Ils sont issus de la nécrose graisseuse et disparaissent en quelques semaines. Une perte de sen-sibilité ou des engourdissements peuvent être ressentis de façon temporaire au niveau de la zone traitée. Enfin,parmi les effets secondaires les plus rares, on retrouve les granulomes (nodules inflammatoires), les irrégula- rités sous-cutanées et les asymétries.

Quelles sont les précautions post-traitement ?
Il faut éviter l’exposition aux rayons ultraviolets jusqu’à ce que l’enflure et les ecchymoses soient résolues. L’inconfort causé par le traitement —notamment en cas d’ecchymoses— peut être apaisé par la prise d’acétami-nophène ou d’ibuprofène. De plus, il faut attendre 12 semaines avant de subir une chirurgie ou tout autre traitement invasif dans la zone traitée.

Quels types de résultats peut-on obtenir ?
Les résultats sont progressifs et se manifestent sur 8 à 12 semaines. Plus d’un traitement peut être requis afin d’obtenir les effets escomptés. Certaines études [voir références à la fin] ont démontré une réduction de circonférence de taille de 2.5cm à 5cm après un seul traitement. Cependant, puisque chaque personne réagit de façon différente, des résultats précis ne peuvent pas être garantis. Ceci est d’ailleurs le cas pour toutes les méthodes non invasives visant la destruction du tissu adipeux. Les résultats sont permanents, à condition de ne pas reprendre de poids. Rappelons aussi que les HIFU ne constituent pas une cure contre l’obésité, et qu’ils ne remplacent pas l’adoption de saines habitudes de vie.

En conclusion, les ultrasons focalisés à haute fréquence constituent un ajout intéressant à notre arsenal théra-peutique pour la destruction non invasive des amas adipeux localisés. Une autre méthode intéressante pour faire fondre le gras est l’injection d’acide déoxycholique. Nous en discuterons dans un prochain numéro.

Dre Andrea Coderre Porras
MÉDECIN DE FAMILLE
Elle a obtenu son doctorat en médecine en 2011 à l’Université de Sherbrooke, et son postdoctorat en médecine de famille en 2013. Elle travaille à l’urgence de Val-d’or et de Rouyn-Noranda, et sa pratique en médecine esthétique est partagée entre l’Abitibi Témiscamingue et les banlieues de Montréal. Dre Coderre Porras prodigue des soins diversifiés: injections d’agents de comblement, de toxine botulinique, d’acide déoxycholique et de plasma riche en plaquettes; plateformes de laser fractionné, radio-fréquence et ultrasons focalisés à haute intensité.
RÉFÉRENCES􀀁: 1] FATEMI & KANE, High-intensity focused ultrasound effectively reduces waist circumference by ablating adipose tissue from the abdomen and flanks: a retrospective case series. Aesthetic Plast Surg. 2010 Oct;34(5):577-82. 2] ROBINSON et al. High-intensity focused ultrasound for the reduction of subcutaneous adipose tissue using multiple treatment techniques. Dermatol Surg. 2014 Jun;40(6):641-51. 3] GADSDEN et al. Evaluation of a novel high-intensity focused ultrasound device for ablating subcutaneous adipose tissue for noninvasive body contouring: safety studies in human volunteers. Aesthet Surg J. 2011 May; 31(4):401-10. 4] JEWELL et al. Safety and tolerability of high-intensity focused ultrasonography for noninvasive body sculpt-ing: 24-week data from a randomized, sham-controlled study. Aesthet Surg J.

 

Article publié dans l’édition de mai | juin 2019 LNE118 du magazine Les Nouvelles Esthétiques Spa Canada