COMMENT ABORDER LES TRAITEMENTS POUR UNE CLIENTE ATTEINTE DU CANCER

Marie-Anne Conorgues, socio-esthéticienne, vous détaille les bonnes pratiques face aux effets indésirables des traitements anticancéreux sur la peau, les ongles et les cheveux. L’objectif est de garantir des prestations adaptées et en toute sécurité à vos clientes.

L’ACCUEIL DE CETTE CLIENTÈLE SPÉCIFIQUE

La maladie est une épreuve difficile qui affecte émotionnellement les personnes qui en sont atteintes.

Les patientes sont bien souvent en quête d’une écoute attentive afin de pouvoir se soulager du poids de la maladie et de ses répercussions sur leur apparence. Il faut savoir faire preuve de bienveillance, d’écoute, d’empathie et prendre le temps pour assurer les conseils et les prestations esthétiques adaptées.

Vous pouvez être inquiète en tant qu’esthéticienne et vous demander ce que vous allez pouvoir répondre si vos clientes atteintes d’un cancer vous disent, par exemple « Je suis triste » ou « J’ai peur de l’avenir ». Sachez que, la plupart du temps, elles n’attendent pas de réponse particulière mais souhaitent seulement trouver un espace d’expression pour verbaliser leurs émotions et « mettre des mots sur les maux » (Jacques Salomé).

Le plus mauvais miroir dans la maladie est bien souvent celui que nous renvoie le regard des autres. Sachez regarder vos clientes atteintes d’un cancer en tant que personnes et non en tant que malades.

Pour les conseils et le déroulement des soins, sachez privilégier des espaces d’intimité sécurisants et à l’abri du regard des autres.

RECOMMANDATIONS DE BASE

Les traitements anticancéreux entraînent quasi systématiquement une xérose (sécheresse) et une sensibilité cutanée.

Même une « peau grasse » avant les traitements va devenir sèche, desquamante et sensible.

Pour cette raison, il est recommandé d’utiliser des produits nettoyants, doux, non agressifs, adaptés aux peaux sèches et sensibles, pour le visage et le corps. L’application systématique de crème émolliente, une à deux fois par jour, est recommandée sur le visage et le corps. Le baume à lèvres est à conseiller aussi, car les muqueuses se dessèchent.

Il est donc important d’adapter vos rituels de soins du visage et du corps à cette problématique et de proscrire les produits de gommage dans le cas d’un érythème (rougeurs). La gestuelle doit être particulièrement douce.

Les traitements anticancéreux sont, pour la plupart, photosensibilisants. Une photoprotection solaire 50+ est nécessaire afin d’éviter des réactions et des hyperpigmentations séquellaires.

L’ÉRUPTION CUTANÉE

Certains traitements anticancéreux sont à l’origine d’une éruption papulo-pustuleuse de type acné. Cette éruption est assez soudaine et a tendance à diminuer en cours de traitement.

Attention de ne pas traiter, à tort, cette problématique avec un rituel de « soin peau grasse », car cette peau est tout sauf séborrhéique. En effet, les peaux grasses en cours de traitement n’existent plus !

Préférez un rituel de soin pour « peau sèche et sensible », évitez le gommage et orientez vos clientes vers l’oncologue et/ou un dermatologue.

LES ALTÉRATIONS UNGUEALES

Les traitements anticancéreux entraînent plusieurs effets indésirables au niveau des ongles : ongles plus fragiles, secs, striés et cassants ou encore des mélanonychies ou leuconychies (modifications de la couleur des ongles : foncés ou blancs). Si cet aspect inesthétique est gênant, l’application d’un vernis peut aider à la camoufler.

Dans les cas les plus extrêmes, une onycholyse (décollement du lit de l’ongle) peut apparaître. Dans ce cas, ne réalisez pas de manucurie ou de beauté des pieds et orientez vos clientes vers l’oncologue ou un dermatologue.

En général, il est préférable de conserver les ongles courts, pour éviter les micro-traumatismes, et de ne pas trop insister sur le travail des cuticules ou alors délicatement.

Il est recommandé de conseiller à vos clientes de se masser les ongles deux fois par jour avec une crème émolliente et de protéger leurs mains et leurs ongles avec des gants, pour les travaux ménagers.

LE SYNDROME MAINS PIEDS

Certains traitements anticancéreux comme les chimiothérapies peuvent entraîner un yyndrome Main Pied (SMP) : érythème cuisant, inflammatoire, bilatéral des paumes des mains et/ou des paumes des pieds.

Contrairement au SMP des chimiothérapies, le SMP des thérapies ciblées est plutôt localisé et prédomine très clairement sur les zones de contact des paumes et des plantes. Il se présente avec une hyperkératose douloureuse qui devient très visible sur les points d’appui. Un cercle inflammatoire est parfois noté en périphérie de la zone hyperkératosique.

Si l’état des paumes et des plantes est satisfaisant et non douloureux, il est possible de réaliser une manucure et/ou une beauté des pieds, en insistant sur le modelage avec une crème émolliente et en proscrivant le ponçage des callosités.

En revanche, si la zone est inflammatoire et douloureuse, orientez vos clientes vers l’oncologue ou un dermatologue.

Un accompagnement podologique est souvent utile.

Conseillez à vos clientes d’appliquer une crème émolliente deux fois par jour, de porter des chaussures souples, des chaussettes en coton et de porter des gants pour les travaux ménagers.

L’HYPERPILOSITÉ

Certains traitements anticancéreux entraînent une hyperpilosité au niveau du visage et parfois même un allongement des cils (certains traitements ne sont pas alopéciants).

En règle générale, ces effets indésirables sont réver-sibles à la suite des traitements, c’est-à-dire que cette pilosité disparaît à la fin des protocoles de soins.

Néanmoins, si cela est inesthétique, vous pouvez proposer une épilation à la cire tiède. En revanche, il est nécessaire, en cours de traitements oncologiques, de vous assurer d’une formule sanguine correcte (globules blancs et plaquettes) auprès de vos clientes, afin d’éviter tout risque d’infection et de saignement.

En cas de doute, téléphonez au médecin traitant. Si les cils s’allongent trop, ils tendent à se recourber et risquent de provoquer une kératite. Il est simplement recommandé de les couper au ciseau.

ALOPECIE ET MASTECTOMIE

Dans le cas d’une chute partielle et/ou totale des cheveux, des cils et des sourcils; il est intéressant de collaborer avec un coiffeur prothésiste capillaire.

Il est important de repérer les boutiques spécialisées en lingerie féminine ou encore les lieux dépositaires de prothèses mammaires d’appoint afin d’orienter vos clientes.

Vous pouvez proposer une séance d’auto-maquillage dans le but de rendre autonomes vos clientes sur la réalisation de leur mise en beauté.

La perte des sourcils entraîne souvent un sentiment de perte d’identité. Vous pouvez, grâce au maquillage reconstruire les sourcils et contribuer à la revalorisation de l’image de soi de vos clientes en cours de traitement.

Vous pouvez aussi vous rapprocher d’une esthéticienne qui pratique le maquillage semi-
permanent ou vous former à cette technique si vous désirez la proposer en complément de vos soins
esthétiques au sein de votre institut.

SOINS DU CORPS, MODELAGES

Nous retrouvons, encore parfois, dans certaines littératures des contre-indications à la pratique du modelage en oncologie !

Et pourtant, le modelage peut aider à la détente, à la relaxation et à une meilleure acceptation des
modifications de l’image corporelle de vos clientes.

Pensez à approcher le corps avec tact et bienveillance.

Le corps peut être modifié, amaigri, douloureux, mutilé, etc. Cela demande beaucoup d’attention dans l’approche du soin que vous allez réaliser.

Vous aurez peut-être à vous questionner sur l’ergonomie et l’installation de vos clientes. Certaines
ont des difficultés à se mettre à plat ventre suite à des interventions et/ou à cause de la chambre implantable positionnée au début du traitement, en général au-dessus de la poitrine.

Néanmoins, certaines contre-indications existent : la phlébite, le lymphœdème et les altérations cutanées (radiodermites par exemple).

Attention aux cicatrices, surtout si elles sont récentes.

Les recommandations pratiques principales sur les effets indésirables cutanés et les phanères ont été abordées dans ce dossier mais la liste n’est pas exhaustive.

Bienveillance et pratique adaptée sont les mots clés à retenir dans la prise en charge de la cliente atteinte d’un cancer au sein d’un institut de beauté et/ou à domicile. En cas de doute, vous référer systématiquement au médecin traitant et/ou à l’oncologue de votre cliente.

** Texte de Marie-Anne Conorgues, socio-esthéticienne, tel que vu dans l’édition de mars-avril 2017 des Nouvelles Esthétiques Spa Canada **