ENTREVUE PRO AVEC DALI SANSCHAGRIN

Journaliste chevronnée, productrice et animatrice à la télé, chroniqueuse beauté pour de nombreuses émissions et auteure, Dali Sanschagrin a aussi enseigné les tendances en esthétique à la Cité Collégiale. Œuvrant dans le domaine depuis plus de 25 ans, cette pétillante « fouineuse » de l’esthétique et de la beauté, nous propose cette année Beauté sans chirurgie, un ouvrage complet qui met en lumière l’esthétique générale et les nouvelles technologies.

Q : Quelle est la définition de la beauté selon Dali Sanschagrin ?
J’apprécie les gens distincts, qui ont des différences et les visages qui ont du caractère. Nez très présent, taches de rousseur, yeux tombants, asymétrie, et qui assument pleinement leur différence en toute confiance. Toutefois, en ce qui me concerne, je tente toujours de suivre les dictats de la beauté conventionnelle à l’américaine. Les longs cils, les cheveux lisses, la pommette découpée, la bouche pulpeuse ! Le paradoxe féminin, quoi !

Q : Quel est votre coup de cœur en médico-esthétique, vous qui avez eu la chance de tester beaucoup de choses ?
J’ai découvert la radiofréquence (RF) dans un congrès d’esthétique en Italie, il y a environ 8 ans. Cette techno n’était même pas encore arrivée chez nous, mais je savais, dès les premiers essais à Bologne, que cette approche allait s’imposer de façon généralisée. Et ce fut le cas. J’adore la RF sous toutes ses formes (monopolaire, multipolaire, fractionnée, combinée) et presque tous les appareils; tout dépend de ce que l’on souhaite comme résultats !

Q : Pensez-vous que le culte de la beauté et de la jeunesse va trop loin ?
Absolument pas. Qui veut mourir ? Personne. Ainsi, souhaiter conserver une apparence de jeunesse le plus longtemps possible ne correspond qu’à l’envie de garder un physique en lien avec notre esprit. Certes, une personne âgée peut être très très belle, oui on peut vieillir en beauté. Mais je crois que vouloir garder une peau d’apparence fraîche et retarder les signes de l’âge est tout simplement normal et légitime.

Q : Vous venez de lancer le livre Beauté sans chirurgie aux éditions LA PRESSE. Quelle a été la motivation pour écrire ce livre ?
Je trouvais que nous, les femmes surtout, étions complètement perdues face à toutes ces innovations. J’ai voulu redonner aux traitements classiques, mais efficaces, leurs lettres de noblesse tout en parlant des innovations intéressantes dans le domaine des appareils. Bref, c’est un genre de best-off de l’esthétique.

 

« Les esthéticiennes pourront y puiser des trucs et inspirations pour personnaliser leurs approches et offrir des prestations plus riches et complètes. »

 

Q : Comment avez-vous procédé pour la création de votre livre ? Avez-vous essayé plusieurs technologies pour pouvoir en parler ?
Oui, j’ai testé la majorité des technologies. J’en avais déjà testé plusieurs avant le début du projet, mais naturellement, impossible de parler de cryothérapie comme le Cool-Sculpting ou d’ultrasons comme l’Ulthera sans connaître les sensations (degré de douleur) que provoquent ces approches. Je n’ai pas testé tous les appareils, mais bien toutes les technologies. Comme on ne peut non plus tout tester, j’ai assisté à plusieurs démonstrations, séminaires et formations. Dre Cynthia Stolovitz de la Clinique Anti-Aging au Centre-Ville de Montréal m’a même permis de passer des journées entières à ses côtés à la clinique pour bien m’imprégner du domaine et comprendre dans quelle circonstance telle ou telle approche est à préconiser !

Q : Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un qui se sent perdu face aux nouvelles technologies ?
Utilisez ces appareils comme des extensions de vos mains. Comme des compléments de vos soins et non le contraire. C’est-à-dire l’expertise, le how to, l’expérience, les analyses, les soins, c’est vous. L’appareil, quel qu’il soit, doit rester un outil.

 

Découvrez en plus sur les dernières tendances en esthétiques et sur Dali Sanschagrin en participant à sa conférence Beauté sans chirurgie le 27 février prochain.
Places limitées.
Inscrivez-vous ici.

 

** Tel que vu dans Les Nouvelles Esthétiques Spa Canada de janvier-février 2017 *