CAMOUFLER ET CORRIGER GRACE AU MAQUILLAGE PERMANENT

CAMOUFLER ET CORRIGER GRACE AU MAQUILLAGE PERMANENT

Ce texte est une collaboration entre Les Nouvelles Esthétiques Spa Canada et Nathalie Brabant, technicienne laser et infirmière en soins médico-esthétiques

Le maquillage permanent connaît actuellement une forte popularité auprès du grand public pour ses possibilités fort intéressantes d’obtenir une coloration des lèvres durable ou pour intensifier le regard en redessinant les sourcils une bonne fois pour toutes. Par contre, il est en général moins su que le maquillage permanent offre aussi l’opportunité de corriger des imperfections de la peau, améliorer l’apparence de cicatrices, ou encore de corriger une affectation de la peau. Dans ces cas précis, on le nommera alors maquillage permanent correctif ou dermographie correctrice.

Le maquillage permanent correctif est en fait un tatouage correctif et non médical. Il est fort utile pour aider les patients atteints de certaines imperfections apparentes à avoir une meilleure estime d’eux-mêmes et à retrouver une confiance envers leur apparence physique.

En effet, cette technique permet de corriger certaines asymétries du visage, de camoufler une cicatrice corporelle trop apparente ou encore de redessiner une aréole mammaire (mamelon) à la suite d’une chirurgie de reconstruction, de redrapage ou de réduction mammaire. La micropigmentation médico-esthétique peut aussi être la « touche finale » à une intervention chirurgicale ou une chirurgie esthétique ou encore, peut être employée pour camoufler la perte de cheveux ou de poils (alopécie et pelade) ou bien des zones dépigmentées (plaques blanches) causées par le vitiligo.

Procédure et plan de soins et de maintien
Tout d’abord, comme la micropigmentation médico-esthétique requiert une formation spécifique, il est préférable de consulter une technicienne ayant une certification pour la pigmentation des aréoles mammaires. La technicienne certifiée en tatouage correctif s’assurera que l’état de santé du client ne présente aucune contre-indication au traitement et donnera les informations requises pour préparer le client à la micropigmentation.

Après avoir fait l’évalutation et le bilan de santé et suite à une asepsie adéquate de la zone à traiter, les techniciennes en micropigmentation correctrice introduisent des pigments colorés et non permanents sous le derme, à une profondeur de 1,5 à 2 mm. À la manière d’un tatouage, ces pigments sont insérés grâce à des aiguilles très fines, stériles et à usage unique. Les techniciennes redessineront ensuite les contours de la zone traitée ou corrigeront certaines imperfections jugées inesthétiques.

Étant réalisé suite à une anesthésie de surface sur la région traitée, le maquillage permanent correctif est donc offert sans douleur pour le patient.

Fait important pour tout patient qui penserait avoir recours au maquillage permanent correctif, la durée moyenne d’un tatouage médico-esthétique est de 2 à 5 ans et sera influencée par certains facteurs physiologiques et même environnementaux, notamment l’exposition au soleil, le système immunitaire et l’utilisation de certains produits topiques. Ce faisant, des retouches sont donc à prévoir après cette période, selon les zones traitées ainsi que le patient.

Quelques procédures de maquillage permanent correctif à connaître

Pigmentation des aréoles mammaires (mamelons)
À la suite d’une chirurgie esthétique ou d’une reconstruction mammaire réalisée suivant un cancer du sein, il est fréquent que l’apparence du mamelon ne soit plus la même ou qu’il soit même inexistant. La technique de pigmentation des aréoles mammaires consiste alors à réaliser ou à corriger l’apparence du mamelon et son aréole à l’aide de pigments qui imitent la couleur originale de ces derniers.

Cette procédure demeure très confortable puisque des anesthésiants topiques (en surface) sont appliqués sur la peau avant le début de la procédure.

Camouflage des cicatrices et brûlures
La micropigmentation correctrice permet également de camoufler les cicatrices en atténuant les différences de couleurs entre la zone traitée et la peau avoisinante.

Cette technique est fréquemment utilisée pour corriger la fente labiale (bec-de-lièvre), les cicatrices résultant d’une chirurgie esthétique des seins ou toutes autres cicatrices apparentes.

Pour corriger une cicatrice, notamment à la suite d’une chirurgie, il est important que celle-ci date d’au moins trois mois voir plus selon le processus de cicatrisation. Une évaluation est requise puisque ce processus varie d’une personne à l’autre.

 

** Tel que vu dans Les Nouvelles Esthétiques Spa Canada de mars-avril 2017 **