LNE CANADA DEMYSTIFIE LE « TRIO NOIR » DU VERNIS A ONGLES

C’est bien simple, on adore le vernis à ongles, ces petits flacons au liquide de toutes les couleurs, tantôt mattes, tantôt aux tons neutres ou encore à paillettes, et qui assurent une mise en beauté jusqu’au bout des doigts! Par contre, on oublie bien souvent que le contenu de ces petites bouteilles est apparu suite à la fabrication de la peinture automobile et que, quoique maintenant utilisé dans l’industrie de la beauté, il s’agît tout de même d’un produit chimique. Quel est donc son impact sur la santé de ses utilisatrices fidèles?

Parmi les substances contenues dans le vernis à ongles, quelques-unes sont particulièrement controversées. On compte parmi celles-ci trois substances, appelées « The big 3 », qui peuvent être particulièrement dangereuses pour la santé. Il s’agit du formaldéhyde, du DBP, ou dibutylphtalate, ainsi que du toluène.

Le formaldéhyde
L’ennemi juré parmi la liste d’ingrédients des vernis à ongles, c’est le formaldéhyde. Il s’agit d’un composé organique volatil, qui a la propriété de devenir gazeux à température ambiante. Le formaldéhyde est agressant pour les yeux, le nez et la gorge et est susceptible de provoquer irritations, brûlures des yeux et autres allergies. Suite à une étude américaine, l’Organisation mondiale de la santé l’a classé comme étant un cancérogène certain pour le nasopharynx et les fosses nasales. La prévention de ces effets semble donc essentielle. C’est d’ailleurs pourquoi il fait partie de la liste d’ingrédients fournie par Santé Canada, visant à restreindre ou interdire son utilisation dans les cosmétiques. Les fabricants de durcisseurs à ongles sont donc tenus d’en ajouter à leurs produits dans un pourcentage égal ou inférieur à 5 % du contenu des solutions. Son utilisation doit également être accompagnée d’une mise en garde pour le consommateur.

Le dibutylphtalate
Le dibutylphtalate est une substance chimique utilisée dans les plastiques. Nous en sommes donc tous et presque toujours entourés. On en retrouve en effet aussi bien dans les sols plastiques, que dans les emballages, les jouets en plastique, les peintures, etc. Son tort principal? On l’accuse d’être mauvais pour le système reproducteur humain et d’être impliqué dans la stérilité.

Le toluène
Dernier élément du trio, le toluène est un solvant aromatique très largement utilisé dans l’industrie. Il peut irriter le nez, la gorge et la peau qui peut l’absorber, et peut également affecter le système nerveux.

Outre ce trio d’ingrédients, il est aussi conseillé d’éviter les substances suivantes, également contenues dans le vernis à ongles :

  • le camphre synthétique; neurotoxique et dangereux pour le système nerveux central et pour le système nerveux périphérique,
  • la colophane; une résine qui permet de lier et de coller et qui est irritante et allergisante,
  • le xylène; un élément appartenant à la famille des composés organiques, très toxique, qui peut affecter le système nerveux (maux de tête, nausées…) et créer des irritations cutanées plus ou moins sévères.

 

Bref, quoiqu’on adore ces produits, il est recommandé de porter du vernis à ongles avec parcimonie puisqu’un port régulier à long terme pourrait être nocif pour vos clientes. Sinon, de plus en plus de vernis dit « écologiques » offrent désormais une alternative intéressante aux formules traditionnelles. C’est une option qui vaut la peine de s’y pencher!

Pour plus d’informations sur les produits contenus dans les vernis à ongles, consultez l’article « Le vernis, une formulation délicate » dans la plus récente édition des Nouvelles Esthétiques Spa Canada.